vendredi, 08 avril 2011 18:25

Un club à la campagne

Écrit par 

Pierre APPY a rencontré Messieurs Michel ENJARY et Alain GERIN, Président et Vice-Président du Club Modéliste du Haut de Forez, deux personnages accueillants et aimant parler de leur club et de leur région avec passion.

Pouvez nous faire un court historique  et une présentation de votre club ?
Michel : Notre club est récent : il est né en début d'année 2005 d'un groupe formé de passionnés de modélisme ferroviaire et d'autres participants à la vie de l'association CFHF, Chemin de Fer du Haut Forez qui a pour but la préservation de la ligne du Haut Forez encore ferrée et exploitée en ligne touristique. Notre club compte 10 membres adultes et 17 jeunes à la rentrée 2008. Les jeunes sont encadrés par un « papy » ce qui permet des échanges intergénérationnels extrêmement riches. Et les jeunes comme le « papy » trouvent cela génial !
Alain : Bien que les réalisations soient différentes : plusieurs réseaux, des Hoïstes, des Nistes, des jeunes, bien que le club fonctionne sur 3 demi journées avec des équipes différentes, nous faisons tout pour éviter les ségrégations et les clans. Les projets de chacun sont les projets de tous dans une même équipe : le club.
 
Comment sont réparties les 3 demi-journées ? Dans quel local ?
Michel : Le mercredi après-midi est consacré aux juniors et à des initiatives particulières, le vendredi après-midi les « retraités » travaillent sur le réseau en N du club et sur les réseaux d’expositions, le samedi, travail sur le réseau du club en H0, réunions de tout le club et ouverture au public. Notre local de 160m2 est prêté par la mairie d’Estivareilles.
 
Quelles  relations entretenez-vous avec la commune ?
Alain :    Il faut préciserque notre club qui bénéficiait d’un local  de 200m2, a vu celui-ci amputé de 40m2 pour permettre aux chasseurs du village de se « réunir » avant de partir à la chasse… Il faut dire que nous ne faisons pas la loi à la mairie. En effet les membres du club n’habitent pas tous la commune et ceux qui y habitent sont des « rurbains » (travailleurs des villes logeant à la campagne), et il est difficile d’intéresser le monde rural  à nos activités ferroviaires. Par contre la majorité des juniors sont des ruraux. Comme les adultes, certains jeunes viennent de très loin (35 km pour le plus éloigné). Les mamans qui accompagnent leurs bambins venus de si loin  sont obligées de pratiquer le modélisme en même temps que les juniors !.
 
Vous semblez avoir un fonctionnement très souple pour aboutir à des projets communs, pouvez vous expliquer comment vous faites ?
Michel : Avec les juniors, par exemple, nous leur faisons réaliser des nano-modules et des modules juniors. Dans les deux cas, il s’agit, grâce au système modulaire, de la mise en commun de travaux individuels et grâce à cela goûter au plaisir de jouer ensemble sur un réseau. Les jeunes comprennent ainsi que les actions individuelles provoquent un enrichissement mutuel de chacun au travers d’une réalisation collective.
 
Cette « pédagogie coopérative » se traduit-elle dans l’organisation de la vie des groupes juniors et adultes?
Michel : C’est Alain le « papy » qui a en charge le groupe des juniors, et il tient à cette idée de coopération. Dans le groupe il se situe comme un référent détenteur du savoir-faire, de la connaissance et des règles du club. Le groupe s’organise pour toutes les tâches, les règles de la vie collective (nettoyage, rangement, convivialité…) mais aussi les projets. Il délègue l’un des leurs qui rend compte au « papy référent » lequel donne son avis à l’une des règles de vie du club. S’il le faut les jeunes entament une nouvelle réflexion. Le groupe prépare ainsi actuellement sa participation à l’exposition UAICF d’Arles en 2009. Ce mode de fonctionnement permet que ce soient les jeunes qui, très motivés, demandent des aides ponctuelles à leurs parents et non le club (transport, coup de main…), mais, surtout, que les jeunes se sentent responsables tant dans leur pratique que dans leurs rapports humains.
Alain : Chez les adultes les décisions sont prises en commun dans un climat détendu, chacun respectant les apports de chacun... Plusieurs projets sont décidés ou chacun peut s’investir avec d’autres. Il est demandé à chacun de ne pas se disperser et de s’en tenir au projet auquel il participe. De temps en temps il faut recadrer. Nous y arrivons, mais si nous étions plus nombreux ce serait peut-être plus difficile....
 
La part féminine dans votre club ?
Michel : 2 femmes adultes et 3 jeunes filles chez les juniors.
 
Vous parlez de projets, mais quels sont-ils ?
Alain : Le réseau du club représente la ligne de Chemin de Fer du Haut Forez , telle qu’elle existait, car une partie est maintenant déferrée. Notre but est un souci de mémoire du patrimoine, afin de montrer à tous, et en particulier nos élus, ce qu’ils ont perdu. Le train touristique du Haut Forez poursuit les mêmes buts que nous en préservant et exploitant ce qui reste de la ligne. En effet certains élus se sont acharnés à supprimer toute trace de cette ligne, comme l’ancien maire de Saint Bonnet qui, en 1998, fit détruire la gare durant une nuit, craignant les réactions de ses concitoyens… Notre réseau est composé d’une partie en H0 qui montre ce qui reste de la ligne, l’autre partie en N (suite au rétrécissement du local) reconstitue la partie déferrée. La partie H0 est en code 100 car les membres du club possèdent de vieux chaudrons qui roulent avec de gros boudins.
Michel : Le deuxième projet est né de l’idée de financer le premier : il est donc destiné à se déplacer dans des expositions ou des animations. Mais si le Conseil Général nous a aidé pour notre démarrage, si la commune d’Estivareilles nous prête les locaux, et si Super U nous prête un camion pour nos déplacements laissant à notre charge le gazole, les autres partenaires éventuels ont un crabe dans le porte-monnaie !.
Alain : Pour donner une idée de nos possibilités, le club vient tout juste d’acheter sa première locomotive en N. Heureusement Michel construit du matériel roulant en plasticarte !
Michel : Nous voulons être les ambassadeurs de notre région, c’est pour cela que notre local accueille le public le samedi et que nous participons à des animations dans notre région lors de différentes fêtes et initiatives. N’hésitez donc pas à nous rendre visite et pour nous trouver, consultez notre site : www.cmfhf.net
 
 
Le Haut Forez est une région du centre de la France dominant la Plaine de la Loire (Plaine du Forez) à l' est, les Monts du Velay au sud, et découvre la région d'Auvergne à l' Ouest. Encore vierge et naturelle en majorité boisée, c' est le pays des "Babets" (pommes de pins). Chaud l'été mais avec l'élévation des montagnes de plus de 1000 mètres il y fait toujours  un air agréable. En contrepartie les hivers y sont rudes et froids sur ces plateaux ou souffle la "Bûrle" (vent du nord) rassemblant la neige en congères et transformant l'eau en glace.  Les fermes aux murs épais en pierres de granit du haut Forez témoignent de la rigueur du climat. C'est un pays, qui, comme ses habitants est accueillant "où il y fait bon vivre", s'y arrêter, prendre son temps, profiter de l'instant présent, puis regretter le moment de s'en aller, mais promettre de revenir.
 
Lu 1802 fois